Tenet, le nouveau chef d’œuvre de Nolan

Sublime. Quelques heures après être sortie du cinéma, c’est le seul mot qu’il me reste à dire à propos de Tenet ; bien qu’évidemment mon cerveau soit aussi vidé, éreinté, par la complexité du nouvel opus du grand Nolan. C’est habituel, avec ce réalisateur, de ne savoir quoi penser, quoi dire, tout remettre en cause. Ce qui reste indubitable est la qualité esthétique générale du film : le son, l’image, la construction des plans. Tous les sens sont exaltés et restent alertes du début à la fin. Loin de moi l’idée de vous gâcher la découverte de l’intrigue, mais il vous faut savoir que Christopher Nolan joue brillamment avec le temps et l’espace ; les acteurs ne sont plus restreints par le présent tout en évoluant dans un univers ultra réaliste. Le réalisme froid de l’œuvre interroge en réalisant les éventualités macabres qui peuvent s’ouvrir à nous. Là où Inception faisait presque rêver, Tenet fait un peu peur. Au cours du film, on a du mal à se retrouver dans le fil des évènements, mais le scénario est incroyablement bien ficelé et délivre des réponses parcellaires lorsque le visionneur est attentif : le schéma se complète peu à peu et on réalise l’ingéniosité de Nolan progressivement, admirant son inventivité et sa précision.

Cela ressemble plus à une apologie qu’à un article, j’en ai conscience, mais j’avoue avoir été épatée par l’œuvre tout en étant déjà admiratrice du travail du réalisateur. Il est très difficile de vous en apprendre plus sur Tenet sans vous révéler la surprise qu’il constitue. Mais dans un monde où on peut prévoir les faits et gestes de son ennemi à l’avance, et l’affronter en sens inverse tout en sachant la tournure supposée des choses, toutes les cartes sont rebattues, et le contrôle de cette technologie peut être synonyme d’une puissance sans limite. Le casting, avec en tête d’affiche John David Washington, Robert Pattinson et Elizabeth Debicki, est à la hauteur du scénario, et les acteurs présentent une belle alchimie là où les trois protagonistes principaux occupent quasiment tout le film. Au premier rang, le fils de Denzel Washington,
qui comprend les rouages du monde qui l’entoure en même temps que les visionneurs, assure parfaitement le rôle principal et nous offre une performance extrêmement qualitative.
Un chef-d’œuvre que je conseille nécessairement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s